Nous respectons votre vie privée.

Nous utilisons des « cookies » pour améliorer votre expérience de navigation et analyser le trafic. En cliquant sur « Accepter tout », vous consentez à notre utilisation des « cookies ».

Politique de confidentialité

PersonnaliserRefuserAccepter tout

Les grands bâtisseurs

Image
// La famille Pigeon

Philibert H. Pigeon

Des bâtisseurs passionnés

Au cœur du vieux village de Verchères entre 1890 et 1896, Philibert H. Pigeon construisit près de l’église cette résidence victorienne d’influence coloniale française dans le but d’y vivre avec ses parents, sa femme Alma Charlebois et ses enfants. À l’époque, le terrain se limitait à la partie attenante à la maison, mais on y retrouvait déjà un goût pour les jardins. Trois des enfants Pigeon prirent la relève des parents : Marie-Olive, Marie-Eustelle et le Père Irénée. N’ayant aucune descendance, ils vécurent toute leur vie dans cette demeure jusqu’au jour où le Père Irénée, étant le dernier à quitter la résidence, dut se faire à l’idée de vendre la maison paternelle. En 1984, c’est avec une grande confiance bâtie sur l’amitié, les valeurs et les convictions communes qu’Irénée vendit la maison, sous conditions successorales, à Rolland Lanoix.

Image
// L'antiquaire

Rolland Lanoix

Enseignant

Enseignant aux multiples projets, M. Lanoix était friand d’art visuel, de théâtre et de mise en scène. Il avait un goût prononcé des antiquités, du patrimoine et des jardins. Dès l’acquisition, il rafraîchit la maison et fit un commerce d’antiquités au sous-sol. À sa retraite, à la fin des années 80, il acheta le terrain vacant adjacent pour y orchestrer la réalisation des jardins au niveau supérieur. C’est le coup de foudre. D’un caractère excessif, il acquit ensuite les lots environnants accidentés, sur lesquels se trouvent les vestiges des fondations de l’ancienne salle paroissiale, pour y agrandir les jardins. C’est avec l’aide d’un ami horticulteur talentueux, passionné et chevronné, M. André Beauchemin, qu’il réalisa et qu’il poursuivit cet élan sans fin.

Image
Un témoin du passé...

En 1998, à la suite de la mort subite et tragique de M. Lanoix alors âgé de 54 ans, et au beau milieu de ses projets, la succession eut la lourde tâche de vendre la propriété à des acheteurs avertis. C’est en 2000 que le sort des lieux se retrouve entre les mains de M. Réjean Courchesne, un artiste du design et de l’architecture, un amoureux des jardins traditionnels et du patrimoine. D’un œil soucieux et respectueux, il y voit tout le potentiel et décide de nourrir, d’enrichir et d’exploiter davantage le site tout en perpétuant son romantisme et ses inspirations. Après plusieurs années de restaurations et d’intégrations, c’est un univers unique en son genre, un jardin architectural aux compositions végétales exceptionnelles minutieusement réfléchies qui surgit.

Témoin accompli du passé, Jardins & Des Lys, espérons-le, s’épanouira encore longtemps. Toute la profonde gratitude ressentie envers les gens qui ont participé, de loin ou de près, à la réalisation de ce monde édifié au fil du temps est démontrée aujourd’hui par la volonté de conservation et de respect des lieux. Comment pourrait-on faire autrement devant tant de richesse et de beauté?

#

Maison historique

Authentique maison victorienne de 1890

#

Terrain de 25 000 pi2

Un jardin à caractère historique à couper le souffle

#

23 thématiques

Un univers magique et une énergie féerique!

#

Commodités

Stationnement gratuit et aires de pique-niques à proximité